Interviews

Dans les griffes de Miss Kat …

Bonjour Miss Kat ! Nous sommes enchantés que tu ais accepté de répondre à nos questions, et nous savons que toi-même ou du moins ton acolyte « Chaki » (cherchera qui voudra) est assez féru d’interviews !

Merci à vous ! Effectivement j’aime beaucoup découvrir et faire connaître le monde de la littérature érotique par le biais des interviews de Chaki. Mon matou reporter et virtuel est bien plus intrépide que moi. Par contre, nous sommes aussi curieux l’un que l’autre !

Même si tu as désiré garder l’anonymat en choisissant un pseudonyme pour signer tes ouvrages, Peux-tu te présenter en quelques mots ? (Qui est tu ? D’où viens-tu ? Quel est ton parcours ? Comment t’es venue la passion pour la littérature érotique ? Et depuis quand écris-tu ?)

Voici ce que je peux dire au risque de perdre un peu de mon aura mystérieuse (je plaisante) : je suis une toute jeune quadra, heureuse et amoureuse. Depuis les rédactions à l’école, j’aime poser les mots sur un support (papier, écran) et jouer avec. Mais je ne me suis vraiment lancée dans l’aventure de la publication qu’en 2011, grâce à la collection Osez 20 histoires de la Musardine. J’ai voulu écrire de la littérature érotique peu après avoir commencé à en lire, il y a (déjà !) une vingtaine d’années. On trouvait alors des textes érotiques gratuits sur de très bons sites, malheureusement trop peu nombreux. Un jour, j’en ai fait le tour et j’ai eu envie d’écrire ce que je n’y trouvais plus.

Quels sont tes auteurs érotiques cultes ? Et Quel est en ce moment ton livre de chevet ?

Régine Deforges. J’ai dévoré ses romans, mais l’ai découverte par ses nouvelles : des textes courts, legers mais puissamment érotiques. Plus tard, j’ai lu les textes érotiques des auteurs classiques: c’est un vrai bonheur quand les grandes plumes font parler le corps et la chair. Mes livres érotiques de chevet sont deux opus de la collection Osez 20 histoires (je vous laisse deviner lesquels) et l’excellent À cœur pervers d’Octavie Delvaux. Vous l’aurez compris : j’aime les nouvelles !

Pour celles et ceux qui ne te connaissent pas, quel récit de ta plume leur conseillerait-tu pour te découvrir ?

Je leur conseillerais de lire Les Amoureux Libertins, un petit conte érotique pour adultes, sexy et léger. Je les inviterais aussi à se promener sur mon blog. Ils y trouveront toute ma palette d’écriture : des textes sexy et drôles car j’adore mélanger humour et cul, et des morceaux plus crus, parce que j’aime les mots pour ce qu’ils veulent dire : pour moi, les mots crus sont comme des bijoux: utiliser à mauvais escient ils font vulgaires, mais au bon endroit, on ne voit plus qu’eux et ils deviennent irremplaçables.

Tu es co-auteur du conte pour adultes « Les Amoureux Libertins » avec Denis Verlaine, qui a magnifiquement illustré cet ouvrage par des aquarelles, peux-tu nous présenter le contexte et nous raconter comment s’est passé cette collaboration ?

J’aime énormément ce petit livre, dont le texte a séjourné dans mon ordinateur jusqu’à ce que je découvre le travail de Dénis sur Facebook. Un vrai coup de foudre ! Quand nous nous sommes rencontrés et que j’ai vu le reste de son travail, j’ai découvert un artiste bourré de talent, qui m’a impressionnée. J’étais particulièrement fière quand il a accepté d’illustrer Les Amoureux Libertins. Voir mes personnages prendre corps a été un moment fort ! Sorti d’abord en quasi auto-édition, Les Amoureux Libertins viennent d’être rachetés par les Éditions Tabou. A cette occasion, Denis a enrichi l’ouvrage de plusieurs croquis et études inédits. Je me ferai un plaisir de vous le dédicacer si vous passez sur le stand des éditions Tabou au salon du Livre de Paris, du 16 au 19 mars 2018.

Je pense savoir que tu travailles sur un prochain roman, peux-tu nous en dévoiler le décor ou la thématique ?

La transformation d’une relation au fil du temps. Dis comme ça, c’est vague, mais l’érotisme n’est qu’une histoire de rapports humains, de relations entre personnes. Et puis je n’en suis qu’au début, alors je garde un peu de suspens !

Il t’arrive d’intégrer des sextoys, ou encore des accessoires érotiques dans tes écrits, quels sont pour toi ceux qui t’inspirent le plus ? Et quel est ton jouet préféré ?

J’ai découvert les sextoys en même temps que la littérature érotique. A l’époque, on n’en entendait peu parler même si… Je me souviens d’un vibro dont la tête était en forme de marmotte. Elle ressemblait à un personnage de dessin animé. Le « toy » de sextoy avait été compris dans son sens premier ! Je n’ai pas eu la curiosité de l’utiliser… Trop « jouet » justement. Dans mes textes, les sextoys doivent évidemment apporter du plaisir mais surtout être un outil au service du jeu. Utiliser un sextoy parce qu’il est « mignon » ne m’intéresse pas plus que ça. J’ai deux sextoys préférés : le Womanizer auquel j’ai consacré un petit texte et le Little Bird, dont j’ai également déjà parlé sur le blog. J’ai vraiment un faible pour ce sextoy connecté à des textes érotiques : pour moi, c’est une idée de génie ! Disons que j’ai enfin trouvé un sens à l’expression « être transportée par un texte » ! Je ne peux que le recommander chaudement.

Merci Miss Kat d’avoir répondu à nos questions et de t’être un peu plus dévoilée, au plaisir de te revoir au Salon du livre de Paris.

Merci à vous, ce fut un vrai plaisir de répondre à vos questions et de partager cet instant …

 

Retrouvez MissKat sur :
http://www.miss-kat.com
https://www.facebook.com/Miss-Kat-auteure-1588097814798947/
https://twitter.com/MissKat_auteur

Les Précédents Articles

Aucun commentaire

Laissez une réponse